Chorégraphe et danseur hip hop autodidacte dès l’âge de sept ans, AmalaDianor se fait l’ambassadeur d’un style ouvert et libre en croisant des univers a priori éloignés les uns des autres au sein d’un même champ chorégraphique, sur des musiques électro d’AwirLeon.

Ce métissage des danses se retrouve dans le trio New School qui ose « l’abstract », style de danse qui s’amuse des codes du hip hop.

Cette nouvelle génération de danseurs nous embarque dans un mouvement abstrait où les codes et couleurs se mélangent, où les frontières sont déclassées dans un rapport de complicité et de jeu permanent.

Dans Quelque part au milieu de l’infini, il déplace les frontières en tressant des liens avec trois danseurs-chorégraphes venus du Burkina Faso, de Corée du sud et du Sénégal et questionne le désir humain de vouloir toujours plus, en quête de l’infini.
Les danses africaines, hip hop et contemporaines prennent place, dans le choc ou dans le mélange, et nous invitent à venir dans ce « quelque part », pour mieux savourer la possibilité de l’entraide et de l’écoute entre ces trois hommes.

Plus d’infos sur le site du Moulin du Roc